Témoignage des producteurs bénéficiaires du projet au Togo AP9-2

By 5 février 2018Non classé

LES PRODUCTEURS BÉNÉFICIAIRES DU PROJET AU TOGO

Qui

Komi, Abozouwe, et Kossivi, bénéficiaires du projet

Projet

Commercialiser en circuit court un riz local

Localisation

Togo, Région des plateaux, Villages proche de Notsé

Découvrez le témoignage de trois producteurs bénéficiaires du projet visant à proposer le microcrédit en animal et à introduire le Système de Riziculture Intensive sur le territoire, une technique qui utilise très peu de semences et aucun engrais chimique.

Komi « La floraison m’impressionne beaucoup »

Je m’appelle Komi DARA, je suis le secrétaire de la coopérative la GRACE. J’habite dans le village Kpodave au Togo. Marié et père de 5 enfants, je suis producteur de riz et de légumes.
Avant j’achetais de l’engrais chimique que j’utilisais dans mon champ. L’année passée, avec les animateurs des associations locales, nous avons appris à faire du compost et nous avons conduit un champ école. Les résultats étaient convaincants : l’utilisation du compost a permis d’avoir une récolte plus abondante sur la parcelle. J’ai donc décidé d’appliquer cette pratique dans mon propre champ.
Depuis, les plants de riz sont très jolis, et un parfum agréable se dégage du champ. La floraison m’impressionne beaucoup, la verdure est attrayante et je suis convaincu que la moisson couvrira les besoins en consommation de riz de la famille, le reste sera vendu.

Abozouwe « Chez moi, ici, je peux réussir »

Je m’appelle Abozouwe, j’ai 35 ans, je suis marié et père de 3 enfants. Agro-éleveur, j’ai au total 13 chèvres dans mon enclos.
Avant l’appui des partenaires locaux, je pratiquais l’élevage en divagation mais aujourd’hui, mes animaux dorment dans l’enclos. Les formations reçues en matière de conduite des élevages m’ont permis de suivre l’évolution de mes animaux.
Aujourd’hui, c’est facile pour moi de contrôler la santé des animaux, de suivre les mises bas, de savoir quand sevrer les petits et de connaître l’effectif du cheptel.
Les formations sur la pierre à lécher et la comptabilité simplifiée m’ont permis de tirer la conclusion suivante : chez moi, ici, je peux réussir.
Désormais, j’ai décidé de ne plus acheter d’engrais chimique : je ramasse le fumier pour produire le compost pour mon champ de riz.

Kossivi, président de l’UCA-Zio « Je doutais un peu »

Pour être franc, je doutais un peu en appliquant certains principes énoncés par le projet pendant la conduite de mon champ : il s’agissait d’utiliser moins de 10 kg de semences à l’hectare et de réduire l’utilisation d’engrais chimiques au profit du compost.
Le compost que j’ai produit ne représentait qu’1,5 tonne. Je viens de commencer la récolte, et vu l’état du riz, je crois que la pratique a produit un bon effet. J’aurai plus de riz cette année. Je suis déjà content avant même la fin de la récolte !
L’UCA-Zio que je dirige va transformer et vendre ce riz au marché.

En savoir plus sur le projet

Ces témoignages peuvent également vous intéresser

Des bénéficiaires nous racontent leurs récoltes

Des bénéficiaires nous racontent leurs récoltes

KENYA

Joseph, coordinateur de projet en Casamance

Joseph, coordinateur de projet en Casamance

09/2018

Florette, bénévole chez SEED Foundation depuis 2013

Florette, bénévole chez SEED Foundation depuis 2013

06/2018

George, bénéficiaire du projet au Congo Brazza

George, bénéficiaire du projet au Congo Brazza

03/2018

Mentions légales
Contact
© 2018 SEED Foundation. All Rights Reserved.

SEED Foundation est un fonds de dotation composé d’entreprises et de particuliers mécènes finançant des projets issus de l’agriculture familiale menés en Afrique par des associations.

SEED Foundation
55, Bd Bineau
92200 Neuilly-sur-Seine
FRANCE
Tél : (+33)1 47 57 97 48
contact@seed-foundation.org